Regards photographiques sur Bordeaux et la Gironde

Accueil | À propos du site | L'auteur | Projets | Liens régionaux   

Bordeaux un pont tournant pour le tramway

Objectif, éviter un long et fastidieux détour 

 

 

 

Thèmes associés  >>>| Les ponts de Bordeaux >>
| Pont d'Aquitaine | Pont Chaban Delmas | Pont Mitterrand | Pont de pierre | Pont Saint Jean |
| Pont tournant | Pont Garonne (ferroviaire) | Passerelle EIFFEL | Passerelle Quinconces (Evento 2009) |

 

Spécial pont Bacalan Bastide devenu pont Chaban Delmas, retour en images sur sa construction :

 

Présentation du pont 2010 début des travaux 2011 Pylônes et tablier 2012 le pont se termine
2012 le choix du nom      

 

 

 

Une mission délicate et semée d'embuches avant le succès

Le pont tournant se situe dans le prolongement du quai de Bacalan entre les hangars du "quai des marques" et la Cité du vin. Il permet de rejoindre en ligne droite la rue Achard. L'ancien pont qu'il remplace et qui avait été construit en 1947 s'avérait inadapté au trafic actuel et surtout trop étroit. Durant la période nécessaire à la réalisation de ce nouveau pont, les habitants du quartier Achard ou de Bacalan n'avaient d'autre choix que de faire un détour significatif pour emprunter l'autre pont des bassins à flot.  

 

 

Ouvert à la circulation routière et piétonne depuis octobre 2009, le pont a pour mission non seulement le passage des automobiles, des piétons ou des cyclistes, mais aussi celui de la ligne B du tram qui relie Pessac au terminus "Berges de la Garonne".

 

Concernant la circulation du tramway, dès lors que l'on imagine la continuité des rails et que l'on pense au contact entre le pantographe et la caténaire, on comprend immédiatement la difficulté que peut représenter la réalisation d'un pont tournant. 

Pourquoi le choix d'un pont tournant ?

 

Nous sommes dans la zone des bassins à flot et nécessairement il faut bien permettre aux bateaux d'accéder. Or dans le cas d'un pont fixe ordinaire, le pont qui relie le quai de Bacalan à la rue Achard représenterait un obstacle infranchissable. Pour remédier au problème, la solution qui a été retenue est donc celle d'un pont tournant. Ainsi le passage des bateaux dans un sens, et le passage des véhicules et du tram dans l'autre devient possible en fonction des besoins.

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Concrètement, un pont tournant, "comment ça marche" ?

Le pont repose sur un vérin central qui lui permet de se soulever et de pivoter pour se trouver, selon les cas, ouvert à la circulation portuaire ou au trafic routier. Le principe est simple à résumer, mais on s'en doute un peu plus complexe à mettre en œuvre. Pour avoir une idée de l'importance de la manœuvre il suffit de savoir que le pont à  faire tourner mesure presque 50 mètres de long (48 mètres pour le tablier), 10,30 mètres de large, pour un poids de 370 tonnes.

 

 

Le pont tournant à la manœuvre

Feu rouge et barrières abaissées, le pont peut se soulever et prendre sa position ouverte pour le passage des bateaux. Ici c'est un voilier qui fait sa sortie, juste après son passage le pont peut alors être remis dans l'axe de la chaussée. Une fois les rails et les caténaires alignés il lui faudra encore s'abaisser pour reprendre sa position. Piétons, cyclistes, automobiles pourront à nouveau traverser dès que la barrière sera relevée. Le tram pourra également reprendre son service.

 

 

 

 

Innovation technique unique en France, et quelques déconvenues ...

En matière de tramway, chacun se souvient que Bordeaux avait été la première ville à utiliser sur une partie de son réseau le système d'alimentation par le sol. Longtemps décrié en raison des difficultés de mise au point, et après avoir essuyé les plâtres de cette période difficile, le système APS fonctionne maintenant de façon satisfaisante.

 

Ici, cet ouvrage des bassins à flot constitue une autre innovation de taille, il est le premier pont tournant actuel en France permettant à deux tramways de circuler en même temps. Il faut dire que les difficultés à surmonter sont nombreuses. Lever le colosse de plus de 200 tonnes pour le faire tourner puis le reposer est une chose, encore faut il qu'il retrouve très précisément sa position initiale.

 

 

Précision d'orfèvre pour les caténaires ...

On comprend vite que les rails doivent rester parfaitement alignés, mais dans ce souci de l'ajustement précis il faut aussi penser à la caténaire qui doit bien sur être alimentée sans interruption. Le pantographe du tramway doit pouvoir capter le courant sans rencontrer un obstacle quelconque. Sur ce pont, comme pour son voisin, pas de ligne aérienne classique, c'est le système de portique avec caténaires rigides qui a été retenu.

 

Un œil averti remarquera d'ailleurs que la difficulté a été contournée. A l'endroit qui devrait être le point de jonction, il y a en fait une légère interruption dans la caténaire et c'est la vitesse du tram qui fait le reste. Entendons nous bien, cette explication ne suffirait sans doute pas aux ingénieurs ayant peaufiné le système, mais c'est un rapide raccourci destiné à faciliter la compréhension.

 

 

Quand quelques millimètres empêchent l'alignement parfait des rails

Un dispositif complexe faisant appel à de nombreux capteurs a par ailleurs été mis en place. Pas question de jouer avec la sécurité des passagers. A la moindre anomalie, les barrières situées à l'entrée resteraient baissées empêchant ainsi le tram de s'avancer sur le pont. A l’usage la belle mécanique de précision s’est enrayée et après seulement quelques mois d’utilisation chaotique en 2010 il a bien fallu se rendre à l’évidence, en l’état le pont tournant ne fonctionnait pas. En cause, les phénomènes de dilatation du métal qui entrainaient un défaut d’alignement des rails. Tout se jouant à seulement quelques millimètres, mais cela est suffisant pour empêcher le passage régulier du tram de la ligne B. D’autant que si la tolérance en la matière est de l’ordre d’un tout petit millimètre, les capteurs mis en place après coup ont révélé que les écarts pouvaient sur une longue période en atteindre jusqu'à 5.

3 ans sans tram avant un retour à la normale à l'automne 2013 !

 

Il aura donc fallu 3 ans de procédures, de tâtonnements, de nouvelles tolérances et quelques coups de meuleuse pour qu'enfin le pont puisse à nouveau tourner et accueillir le tramway. Il semble que désormais les difficultés appartiennent au passé ...

 

Parlons budget, combien pour ce pont tournant ?

Pour être complet sur ce sujet et répondre à la traditionnelle question du "combien ça coûte", le budget qui a été annoncé pour cette infrastructure est de 3,5 M€.  

 

 

 

 

 

 

 

Thèmes associés  >>>| Les ponts de Bordeaux >>
| Pont d'Aquitaine | Pont Chaban Delmas | Pont Mitterrand | Pont de pierre | Pont Saint Jean |
| Pont tournant | Pont Garonne (ferroviaire) | Passerelle EIFFEL | Passerelle Quinconces (Evento 2009) |

 

Spécial pont Bacalan Bastide devenu pont Chaban Delmas, retour en images sur sa construction :

 

Présentation du pont 2010 début des travaux 2011 Pylônes et tablier 2012 le pont se termine
2012 le choix du nom      

 

 

 

 

 

 

Haut de page