Regards photographiques sur Bordeaux et la Gironde

Accueil | Agenda 33-Bordeaux | Fêtes Foires & Salons |    

Sedov (Седов) le voilier géant à Bordeaux

Un quatre mâts barque Russe presque centenaire

Le 4 mâts Russe Sedov arrive dans le port de Bordeaux | Photo Bernard Tocheport

 

Sur cette page :

Le SEDOV, aujourd'hui le plus grand navire école du monde 

 

 

 

| Voiliers et vieux gréements sur la Garonne | Grands voiliers à Bordeaux en 1990 | Bordeaux grands voiliers 2018 |

Grands Voiliers à Bordeaux - liens pages spéciales| Alexander Von Humboldt 2 - Allemagne | Cisne Branco - Brésil | Cuauhtémoc - Mexique | Dar Mlodziezy - Pologne | El Galéon - Espagne | Etoile du Roy - France | Hermione - France | Kruzenshtern - Russie | Marité - France | Mir - Russie | Morgenster - Pays Bas | Santa Maria Manuela - Portugal | Sedov - Russie | Shtandart - Russie | Stad Amsterdam - Pays Bas | Tarangini - Inde |

 


Thèmes associés  >>> | Fleuve Garonne à Bordeaux | La fête du fleuve | Balades et Croisières sur la Garonne |
| Croisières Burdigala | Bordeaux River Cruise | Escales navires de croisière |
| Colbert le navire Musée sur les quais | Les ponts de Bordeaux |

 

 

 

Le rendez-vous impossible avec Bordeaux en 1990

Au cours des trente dernières années la ville de Bordeaux a accueilli bon nombre de vieux gréements mais le Sedov ne figurait pourtant pas dans la liste des grands voiliers y ayant fait escale. Lors du rendez-vous des Grands Voiliers à Bordeaux en 1990 à l'occasion de l'étape de la Cutty Sark , le Sedov était pourtant bien venu en Gironde. Mais dans les conditions de l'époque, il n'avait pas pu arriver jusqu'à Bordeaux et c'est Pauillac qui l'avait accueilli.

 

 

Un pont d'Aquitaine trop bas pour des mâts trop hauts !

A l'époque la plupart des bordelais avaient gardé en mémoire que les mâts du Sedov étant trop hauts, le voilier n'avait pas pu passer sous le pont d'Aquitaine. Autant dire que lorsqu'en 2019 l'information sur l'arrivée du Sedov à Bordeaux a été faite, elle a été accueillie avec une certaine incrédulité.

 

Les 4 mâts du Sedov à Bordeaux | Photo Bernard Tocheport

 

Comment en effet imaginer que ce qui n'avait pas été possible en 1990 puisse l'être en 2019. A priori le Sedov n'avait pas rétréci, et en tout cas le tablier du pont d'Aquitaine lui n'avait pas été surélevé. C'est donc ailleurs qu'il fallait trouver l'explication.

 

 

La subtile vérité se trouvait quelques kilomètres avant le pont d'Aquitaine

S'il était vrai que le Sedov n'avait pas pu passer sous le pont d'Aquitaine, il aurait surtout fallu préciser en 1990 que c'est parce qu'il n'avait pas eu la possibilité d'arriver jusque là. Une subtilité pas vraiment relayée à l'époque expliquant le raccourci de l'histoire : le Sedov ne peut pas passer sous le pont d'Aquitaine !

 

La raison exacte était à rechercher quelques kilomètres seulement avant le pont d'Aquitaine. C'est en fait la ligne à haute tension qui était en cause. Trop basse, c'est elle qui ne permettait pas au Sedov de passer.

 

Le Kruzenshtern après son passage sous la ligne à haute tension | Photo Bernard TocheportEn 2018, cette ligne a haute tension ayant été rehaussée alors que le Sedov avait lui légèrement réduit son tirant d'air, rien ne s'opposait alors plus à ce qu'il puisse venir enfin jusqu'à Bordeaux.

 

La photo ci-contre montre le Kruzenshtern, l'autre grand voilier Russe, alors qu'il vient de franchir cette fameuse ligne à haute tension.

 

Le même jour de juin 2019, une heure plus tôt, le Sedov était déjà passé sous la même ligne à haute tension. Et comme tout le monde aura pu le vérifier, le Sedov est aussi bien passé sous le pont d'Aquitaine que sous le pont Chaban Delmas pour finalement arriver sans encombre à Bordeaux.

 

 

 

 

Haut de page

 

 

Sedov, le presque centenaire en quelques chiffres

Figurant dans le Livre Record Guiness comme le plus grand Navire-École au monde, le Sedov a été lancé à Kiel en Allemagne à l'hiver 1921. Son voyage inaugural débutera la même année le 1er septembre. En 2021, il fêtera donc son centenaire.

 

 

De type quatre mâts barque il entre dans la classe A. Il s'agit d'une catégorie qui regroupe tous les voiliers à "phares carrés" de plus de 40 mètres de longueur de coque. D'une longueur de 117,50 mètres il a un tirant d'eau de 6,50 mètres et sa surface totale de voilure qui représente 4 192 m2 est répartie en 34 voiles.

 

 

 

Haut de page

 

 

La Fête du fleuve 2019 pour une première visite

 

Bordeaux les deux 4 mâts Russes SEDOV et KRUZENSHTERN réunis | Photo Bernard TocheportC'est juste après avoir participé à l'Armada de Rouen, que le Sedov est venu pour la première fois à Bordeaux à l'occasion de l'édition 2019 de la Fête du Fleuve.

 

Pour cette toute première visite dans le port de la lune, il était accompagné d'un autre quatre mâts Russe, le Kruzenshtern qui lui était déjà venu à 2 reprises. Pour les deux géants des mers le succès était au rendez-vous à Bordeaux. En effet, le Kruzenshtern et le Sedov ont accueilli plus de 9 000 visiteurs.

 

Le Sedov, aujourd'hui sous pavillon Russe, présente la particularité d'être le plus grand voilier école au monde qui navigue encore aujourd'hui.

 

 

 

Coque du voilier Russe Sedov sur la Garonne à Bordeaux | Photo Bernard Tocheport

 

 

 

Haut de page

 

 

Magdalene Vinnen et Kommodore Johnsen avant d'être Sedov

Magdalene Vinnen ancien nom du Sedov gravé sur la barre | Photo Bernard TocheportAu cours de sa très longue carrière, le 4 mâts changera plusieurs fois d'appellation. Son nom initial lors de son lancement en 1921 était Magdalene Vinnen en référence à son propriétaire qui était la compagnie de Vinnen. Il était alors un navire de commerce sous pavillon Allemand.

 

Réaménagé en navire école de la marine marchande il sera racheté par la compagnie Norddeutscher Loyd et adoptera en 1936 le nouveau nom de Kommodore Johnsen, toujours sous pavillon Allemand. Aujourd'hui encore, un visiteur attentif du voilier pourra remarquer que les deux précédents noms du Sedov sont gravés sur sa barre.

 

C'est en 1950 qu'il sera baptisé de son nom actuel Sedov (Седов en Russe), un nom faisant référence à Gueorgui Sedov (1877-1914) un explorateur polaire. Après la seconde guerre mondiale, dans le cadre d'un plan de dommage de guerre, le navire se verra remis à L'Union soviétique. Il ne sera d'ailleurs pas le seul dans ce cas.

 

A la même période l'URSS recevra de la même façon le Padua que l'on connait aujourd'hui sous le nom de Kruzenshtern ou encore le Gorch Fock rebaptisé Tovarich II. 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un navire chargé d'histoire et qui change de fonction

Proue du Sedov à Pauillac en 1990 | Photo Bernard TocheportAu moment où le navire prend le nom de Sedov, il devient alors navire océanographique et le restera un peu plus de 15 ans (jusqu'en 1966). Ensuite le Sedov, qui aura Riga en Lettonie comme port d'attache, deviendra navire-école.

 

Lors de sa participation à la Cutty Sark de 1990 qui l'avait conduit à Pauillac, comme le montre la photo réalisée à ce moment là, c'était encore Riga qui était mentionné à la poupe du 4 mâts. On peut aussi le vérifier, la coque du Sedov était encore de couleur blanche.

 

Suite à l’indépendance de la Lettonie qui est intervenue l'année suivante, en 1991, le Sedov deviendra Russe. Son nouveau port d'attache sera alors Mourmansk, un port important de la baie de Kola en mer de Barents. Ceux qui ont pu voir le Sedov alors que son port d'attache était Mourmansk ont découvert un navire à la coque repeinte en noir.

 

 

 

Kaliningrad est bien son port d'attache actuel

En 2017, le Sedov changera à nouveau et son nouveau port d'attache sera Kaliningrad. Le même port que celui du Kruzenshtern, l'autre grand 4 mâts Russe. Comme l'attestent les inscriptions sur ses bouées et sur sa proue, c'est donc bien Kaliningrad qui est aujourd'hui son port d'attache et non Mourmansk.

 

Il est utile de le préciser car de nombreuses publications s'inspirant de la célèbre encyclopédie en ligne (qui elle n'avait pas encore été mise à jour en juin 2019), ont repris et diffusé une information qui n'est plus la bonne. Concernant son aspect, la coque du Sedov a retrouvé sa teinte blanche avec désormais des filets de couleur orange, teinte également utilisée pour ses mâts.

 

Le 4 mâts Russe Sedov à Bordeaux | Photo Bernard Tocheport

 

 

 

 

Haut de page

 

 

 

Le 4 mâts un temps éloigné des ports Français

Bien malgré lui, le Sedov se trouvera également quelques temps au cœur d'enjeux financiers ayant peu de lien avec la navigation d'un voilier. Il sera en effet la cible de créanciers qui s'étaient trouvés dépossédés de leur investissement dans ce que l'on appelait alors "l'affaire des emprunts Russes" .

 

Le Sedov était devenu un symbole et un moyen de pression pour les détenteurs des obligations Russes qui souhaitaient récupérer leur capital. Durant cette période, il sera inquiété à plusieurs reprises par les autorités judiciaires françaises. Une première fois à Brest en 2000 lors du grand rassemblement de voiliers, et à nouveau à Marseille en 2002 où il ne devra son salut qu'à un départ précipité en pleine nuit. 

 

 

On comprend pourquoi les années suivantes le quatre mâts évitera soigneusement de venir accoster dans un port français. Sa situation ayant depuis été clarifiée et les évènements ayant évolué, le Sedov est à nouveau accueilli comme il se doit dans les rassemblements de vieux gréements en France.

 

 

 

 

 

Haut de page

 

 

Pauillac, et non Bordeaux, pour la Cutty Sark de 1990

Cuttys Sark 1990 le 4 mâts Sedov à Pauillac | Photo Bernard TocheportEvènement jamais égalé pour certains bordelais, le rendez-vous des Grands Voiliers à Bordeaux en 1990 à l'occasion de l'étape de la Cutty Sark est un peu considéré comme la version 1 ce que l'on n'appelait pas encore la Fête du fleuve.

 

Bordeaux avait alors réuni, sous une chaleur accablante, 83 voiliers dont 79 en course avec 14 nationalités représentées. Si le Sedov était bien au programme de la fête, et s'il était bien venu en Gironde, pour autant il n'avait pas fait escale dans le port de la lune.

 

Dans les conditions de l'époque, et comme cela est expliqué au début de cette page, il n'avait pas pu arriver jusqu'à Bordeaux et c'est Pauillac qui l'avait accueilli.

 

Découvrant tout juste la photographie, avec l'un de mes premiers appareils photo j'avais réalisé quelques vues du Sedov à Pauillac. Il s'agissait alors de diapositives, un peu oubliées pendant quelques années, et donc pas forcément stockées de la meilleure façon. Dans ces conditions on comprend mieux qu'après une numérisation la qualité soit toute relative. Leur valeur est donc purement un caractère de témoignage pour le premier séjour du Sedov en Gironde.  

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Haut de page

 

 

 

 

 

| Voiliers et vieux gréements sur la Garonne | Grands voiliers à Bordeaux en 1990 | Bordeaux grands voiliers 2018 |

Grands Voiliers à Bordeaux - liens pages spéciales| Alexander Von Humboldt 2 - Allemagne | Cisne Branco - Brésil | Cuauhtémoc - Mexique | Dar Mlodziezy - Pologne | El Galéon - Espagne | Etoile du Roy - France | Hermione - France | Kruzenshtern - Russie | Marité - France | Mir - Russie | Morgenster - Pays Bas | Santa Maria Manuela - Portugal | Sedov - Russie | Shtandart - Russie | Stad Amsterdam - Pays Bas | Tarangini - Inde |

 


Thèmes associés  >>> | Fleuve Garonne à Bordeaux | La fête du fleuve | Balades et Croisières sur la Garonne |
| Croisières Burdigala | Bordeaux River Cruise | Escales navires de croisière |
| Colbert le navire Musée sur les quais | Les ponts de Bordeaux |

 

 

 

 

 

Haut de page