Regards photographiques sur Bordeaux et la Gironde

Accueil | Agenda 33-Bordeaux | Fêtes Foires & Salons |    

Le Muséum de Bordeaux - Sciences et nature

En bordure du jardin public, dans l'hôtel de Lisleferme

Hôtel de Lisleferme bâtiment du Muséum de Bordeaux | Photo Bernard Tocheport

 

 

 

 

Thèmes associés >>>| Le jardin public | | Les statues du jardin publicLe parc bordelais | Le Muséum de Bordeaux | | Le Jardin des Lumières | Le jardin de la Mairie | Le Miroir d'eau | La Cité du Vin | Le Parc des Sports Saint Michel |

 

 

Un cadre totalement repensé et près de 4000 spécimens exposés

Le bâtiment abritant le Muséum de Bordeaux se situe à l'intérieur du jardin public. Si l'entrée la plus proche est celle de la place Bardineau, on peut tout aussi bien y accéder par les autres entrées : Place du Champ de Mars, Cours de Verdun, rue d'Aviau, rue de la Course ou Place Longchamps. 

 

Muséum de Bordeaux | Photo Bernard Tocheport 

 

Après une fermeture qui au total aura duré un peu plus de 10 ans, les bordelais ont retrouvé en mars 2019 leur Muséum. Dans sa nouvelle mouture, les espaces historiques ont été réorganisés.

 

En plus de sa rénovation, le Muséum s'est étendu en empruntant en sous sol un peu de terrain au jardin public. Il a ainsi gagné une surface de 500m2 qui est utilisée pour les expositions temporaires. Toutes les informations pratiques pour effectuer une visite sont consultables sur le site du le Muséum.

Parmi les plus anciennes collections publiques de France

Le Cabinet d'Histoire naturelle, est devenu le Muséum de Bordeaux - sciences et nature

Eléphant Miss Fanny mascotte du Muséum de Bordeaux | Photo Bernard TocheportComme cela est rappelé à l'entrée du Muséum, ce que l'on appelait à l'époque le "cabinet d'Histoire naturelle de Bordeaux" figure parmi les plus anciennes collections publiques de France. C'est en effet en 1791, dans l'ancien hôtel de l'Académie situé sur les allées de Tourny qu'il avait été installé. Il faudra attendre 20 ans pour assister à son ouverture au public qui interviendra en 1811.

 

L'actuel bâtiment, l'hôtel de Lisleferme, a été construit en 1780 et acquis par la mairie de Bordeaux en 1857.

 

C'est à cette période que les collections y ont été transférées et qu'à été retenu le nom de Muséum d'Histoire naturelle que les bordelais connaitront jusqu'à sa fermeture pour travaux en 2009. Désormais, depuis sa réouverture au printemps 2019, on parle du Muséum de Bordeaux - sciences et nature

 

 

 

C'est donc à l'intérieur d'un hôtel de Lisleferme entièrement rénové et agrandi, que sont présentées des collections qui ont elles aussi été entièrement restaurées. Le Muséum actuel s'attache à montrer et à raconter une histoire tout en offrant une superbe mise en valeur pour cette collection de zoologie qui est aussi l'une des plus importantes de France.

 

Dans cette nouvelle présentation, tous les publics peuvent trouver la formule qui correspond à leur niveau d'exploration, de découverte, et sans aucun doute d'émerveillement.

 

Entrée dans l'univers du Muséum de Bordeaux | Photo Bernard TocheportCe sont près de 4 000 éléments qui sont exposés sur une collection qui au total comprend un peu plus d'un million de spécimens du monde entier.

 

Dans un cadre totalement repensé, lumineux, et avec des décors actuels, les visiteurs peuvent ainsi découvrir mammifères, oiseaux, reptiles, poissons, crustacés, papillons...

 

Un nouveau parcours muséographique a été imaginé avec une invitation à la réflexion sur la place de l’Homme dans la nature. Des questionnements ouverts, en lien avec des constats scientifiques et sociétaux, pour les collections « patrimoine naturel » présentées.

Exposition permanente, la "nature vue par les hommes" et 7 thématiques

Bandea vitrines du Muséum de Bordeaux | Photo Bernard Tocheport

 

Le parcours de l'exposition permanente qui est intitulée " La nature vue par les Hommes " se décline pour le visiteur en sept thématiques : Étonnante diversité, Découvrir le monde, Découvrir le temps, Collectionner c’est choisir, Classer le Vivant d’hier à aujourd’hui, Classer selon la parenté et enfin Exploiter, préserver la nature

 

 

De nouveaux espaces dont le Musée des tout-petits

Plusieurs espaces nouveaux ont été créés dont une salle modulable destinée à accueillir les expositions temporaires, le Carré art et sciences qui prévoit d'accueillir 3 expositions par an ou encore le carré détente qui permettra aux visiteurs de se restaurer. Parmi les innovations, on notera un espace appelé Musée des tout-petits qui est destiné aux enfants à partir de 6 ans. Un lieu où ergonomie et couleurs sont adaptées à cette tranche d'âge et qui est composé de 2 salles d'exposition et d'une salle d'animation.

 

 

La présence du multimédia pour une visite attrayante

Si l'esprit traditionnel des présentations en vitrine a été conservé, il a largement été repensé pour valoriser au mieux les collections. Non intrusif et bien intégré dans le parcours, le multimédia n'a pas été oublié. Mettant la technologie au service de l'enrichissement des connaissances du visiteur, on le retrouve sous différentes formes en support à tous les niveaux.

 

 

En plus du spectacle immersif qui est proposé sur écran dans la galerie de l'exposition permanente, ce sont 22 bornes interactives, 18 écrans diffusant vidéos ou diaporamas et 10 stations d'écoute audio en plusieurs langues qui sont à la disposition du public.

 

 

 

 

Des expositions semi-permanentes 

Mange moi si tu peux,

Une exposition est consacrée à la nécessité qu'ont les animaux de se nourrir. Elle se distingue en ne procédant pas au traditionnel classement des animaux selon qu'ils soient herbivores, carnivores ou omnivores. Avec des mises en situations réalistes, la présentation s'intéresse plus particulièrement aux aliments, leur taille par rapport à celle de l'animal qui va les consommer, sont ils des aliments mobiles, liquides ou solides...  

 

 

 

Le littoral Aquitain

Une exposition qui permet au public de découvrir, ou approfondir ses connaissances, sur cette grande plage d'Europe que l'on croit bien connaître mais qui recèle une flore et une faune que l'on ne soupçonne pas toujours. On pourra s'intéresser à la vie marine, la carte en relief du littoral permettra de faire la distinction entre côte rocheuse et sableuse, les espèces présentées participent également à la connaissance de 3 écosystèmes remarquables.

 

Cette présentation laisse également la part belle aux oiseaux du littoral aquitain et s'attarde sur l'ensemble paysager unique, mais fragile, que représente le bassin d'Arcachon.

Des expositions temporaires

Chantier !

Un moment pour entrer dans les coulisses du chantier qui aura nécessité plus de 10 ans de travail pour transformer et étendre le Muséum de Bordeaux. Choix des matériaux à utiliser, contraintes liées au bâtiment, déménagement et restauration des collections... Dix ans en une expo ! 

 

 

Très toucher

Le visiteur est ici plongé dans l'un de ses 5 sens, le toucher. Au travers de 9 espaces d'immersion et d'une cinquantaine d'expérimentations le public va se laisser surprendre par la multiplicité des sensations liées au tactile.

 

Stimulation du toucher "actif ou passif", tunnel caressant, igloo, baraque de tôle, labyrinthe des pieds... sont quelques uns des modules présents qui permettent de se plonger dans l'univers des sensations liées à la physiologie, la température, la douleur... Une façon ludique de mieux appréhender l'impact du toucher sur notre environnement.  

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Muséum de Bordeaux - sciences et nature en quelques chiffres

Bandeau animaux du Muséum de Bordeaux | Photo Bernard Tocheport

3 492 spécimens exposés sur une collection de plus d'un million d'espèces

Au moment de sa réouverture en mars 2019, le Muséum exposait 977 coquillages et invertébrés, 921 oiseaux naturalisés, 373 mammifères naturalisés, 311 reptiles, amphibiens et poissons, 278 fossiles et minéraux, 262 papillons et insectes, 214 pièces ostéologiques et 156 modèles-moulages.

 

Au total ce sont ainsi 3 492 spécimens qui étaient présentés. Ceci ne représentant qu'un infime pourcentage de la collection totale qui dans son ensemble compte un peu plus d'un million d'espèces précieusement gardées au Centre de Conservation des collections.

 

Des surfaces et des budgets

Le bâtiment principal de l'hôtel de Lisleferme a une superficie de 2 315m2 et l'extension en sous sol de 500m2. Juste à côté le pavillon administratif occupe 417m2 alors que le Centre de Conservation des Collections qui se trouve à Bacalan occupe lui sur une superficie de 1 000m2.

 

 

Pour celles et ceux qui s'intéressent à l'aspect financier, on notera que le montant total des travaux s'est élevé à 16 millions d'euros. La région a participé à hauteur de 14,8% avec un montant de 1 972 800 Euros, l'état à hauteur de 7,4% pour 985 600 Euros et l'ADEME a contribué pour 2,11% du budget avec la somme de 281 000 Euros.

 

 

 

 

 

Thèmes associés >>>| Le jardin public | | Les statues du jardin publicLe parc bordelais | Le Muséum de Bordeaux | | Le Jardin des Lumières | Le jardin de la Mairie | Le Miroir d'eau | La Cité du Vin | Le Parc des Sports Saint Michel |

 

 

 

 

 

Haut de page